Accueil > Dossier : Journal Scolaire > Les 8 critères de la ligne éditoriale

, par Isabelle Poulain, Séverine Poncet-Ollivier

Les 8 critères de la ligne éditoriale

La mise en scène de l’information

Créer un média, ce n’est pas tout dire sur tout, c’est avant tout faire des choix. Faire des choix selon quels critères ? Nous vous en proposons 8 indispensables à se poser avant de commencer à rédiger, à enregistrer ou à tourner le moindre sujet ! Les questions s’entrecroisent et vous ne pourrez donc pas forcément y répondre dans l’ordre présenté mais gardez-les en tête et votre média répondra aux attentes de votre public.

1- Le choix du support (papier, blog, réseau social, radio, TV..) et du format (A5, set de table de cantine, flash info, magazine)

En premier ou en dernier ? Car il dépend de toutes les contraintes ci-dessous, même si, de prime abord, on peut penser que c’est le premier choix...
On pourra aussi là aborder le prix du média et sa périodicité ou son actualisation.


2 – Choix du lectorat (seulement les élèves, tous les élèves ou seulement les filles, les garçons, les électroniciens, l’ensemble de la communauté éducative, les habitants de la ville...)

De ce choix également dépendent tous les autres. Pour mieux comprendre, on pourra feuilleter différents journaux papier ou visionner quelques extraits de JT ciblant des publics différents (TF1, Arte, Gulli, France 3 région) ou encore écouter les flashs infos radios (France info, RTL2...)


3 – Choix de la maquette (titraille, mise en page, graphisme, polices...)

Cela peut paraître superflu mais c’est la première image que l’on aura de votre média et celle qui permettra de le reconnaître.
Ce choix est évidemment très lié au choix du lectorat. La difficulté : faire original sans trop en faire !
Le feuilletage de la presse jeunesse, des quotidiens régionaux et nationaux, et des magazines grand public peut donner quelques pistes pour comprendre comment un journal doit s’organiser et l’importance de la charte graphique.
Autre élément qui attirera immédiatement l’oeil du lecteur : la titraille, c’est-à-dire, l’ensemble des "gros" titres (dont les chapôs et légendes).
Le titre va permettre d’informer ou d’inciter à la lecture. Il sera aussi pour les élèves l’occasion de jouer avec les mots et les références culturelles, de tenter des figures de style, de varier les formes grammaticales...
Bref, un exercice de français motivant qui permet de donner une véritable valeur ajoutée à votre média. Retrouvez dans cette fiche, élaborée par le Clemi, quelques pistes pour vous aider à travailler les titres.


4 – Choix des sujets

L’idéal est de faire ce choix en conférence de rédaction afin que chacun se sente solidaire et co-responsable de tous les articles.
Les 2 questions à se poser :

  • ce sujet intéressera-t-il notre lectorat ?
  • Vais-je écrire autre chose que ce que tout le monde a déjà lu en ligne ?
    Il est important de penser à son lectorat : quelle information le journaliste veut-il transmettre ? Est-ce qu’elle va permettre au lecteur d’être éclairé ? De comprendre un fait ? De lui permettre de se construire sa propre opinion ?

Les articles doivent apporter de la nouveauté au lecteur, l’éclairer sur un sujet, lui faire éventuellement partager un point de vue : c’est ce qui le retiendra et lui donnera envie d’en lire plus.

5 - Choix des types d’articles

Reportage, interview, portrait, brève, billet d’humeur : pensez à varier les entrées dans votre journal.
Il est simple, en équipe et pour chaque sujet de prévoir des types d’articles différents, selon l’objectif visé :

  • Renseigner : brève, récit, reportage, compte-rendu...
  • Expliquer : enquête, interview, analyse...
  • Interpréter : chronique, éditorial , dessin, critique, portrait...

Ce document, "Analyse de types d’articles journalistiques" élaboré par le Clemi vous permettra d’en savoir plus.


6 – Choix des images, taille et place

L’image n’est pas que là que pour faire joli ou pour aérer le texte. Elle peut être illustrative ou informative, voire incitative. Pour un même événement, les journaux choisiront différentes illustrations et ce n’est pas parce qu’ils ont différents photographes, c’est un choix significatif.
Si vous prenez vos images sur Internet, demandez les droits ou assurez-vous qu’elles soient libres (voir l’article sur les ressources libres de droits).
L’idéal est d’avoir des dessinateurs, caricaturistes et photographes maison qui donneront une vraie authenticité et identité à votre média.

N’hésitez pas à feuilleter les journaux avec les élèves pour échanger et débattre sur le rôle et la place des images.


7 – Choix de l’angle pour chaque article (titre + contenu)

Dans son film Bowling for Columbine, le réalisateur et polémiste Mickael Moore montre que, selon lui, ce sont les médias américains qui sont les principaux responsables du nombre de tués par balle aux États-Unis. En effet, selon lui, les médias américains choisiraient toujours de présenter les actus de violence et ce sur un ton extrêmement alarmiste et ne parleraient jamais des événements positifs. Les gens se sentiraient donc en insécurité et tireraient sur le premier cambrioleur venu...
Le choix du sujet ne fait donc pas tout : la façon dont vous allez l’aborder est fondamentale ! Choisir un angle précis tel que la journée d’un grand reporter peut vous permettre d’aborder un sujet difficile et rébarbatif comme la guerre en Syrie sans perdre ou lasser vos lecteurs ; titrer un article : « Mais qui aime les légumes verts ? » peut vous permettre de ne pas passer pour un donneur de leçons tout en écrivant un article sur l’importance de manger 5 fruits et légumes par jour, avec humour et légèreté.
Pour trouver votre angle, posez-vous la question : « Qu’est-ce que je veux dire exactement ? » et répondez-y en 140 caractères ! Vous tiendrez alors votre angle !

Cette fiche, élaborée par le Clemi, permet de mieux comprendre cette notion d’angle journalistique.


8 – Choix du langage (niveau de langue, longueur des phrases, du texte, ton, posture, mimiques faciales et corporelles...)

Si vous vous adressez à vos camarades, adoptez le « ni sms ni prof », vous devrez trouver le ton et le niveau de langue qui vous permettra d’informer sans lasser : n’oubliez pas que personne n’est obligé de vous lire : il faut donc plaire mais aussi apporter un plus.
Vous êtes très bavard, vous avez énormément de choses à dire : coupez ou faites couper par un autre membre de votre équipe : enlevez ce qui est répétitif ou embrouillé, réalisez des encadrés avec vos exemples, vos données chiffrées ou écrivez plusieurs articles sous la forme d’un feuilleton, mais surtout ne publiez pas de trop longs articles (particulièrement en ligne) : ils ne seront pas lus !

L’important est de proposer une écriture :
- vivante : privilégier le présent, la voix active (se rapprocher de l’oral), faire preuve d’originalité et d’humour !
- claire et concise : expliquer les sigles utilisés ; présenter le contexte, les personnes citées ; faire des phrases courtes ; ne pas utiliser de tournures inutiles du genre « il convient également de souligner », « notons encore », de phrases d’introduction ou de conclusion (on parle plutôt d’"attaques" et de "chutes")
- correcte : tout doit être relu, aucune erreur orthographique ou grammaticale ne doit passer à la publication !

Pour mieux comprendre