La diffusion de la Rumeur

, par jsb

Beaucoup de rumeurs sont purement orales. Elles se propagent de bouche à oreille et se déforment dans le même temps...

La rumeur concernant les additifs a d’abord été transmise sur des feuillets tapés à la machines et ronéotés. La généralisation du fax et aujourd’hui d’Internet amplifient encore sa diffusion.

Analysons brièvement l’envoi qui figure ici.

Received : from [xxx.xx.xx.xx]
by xxxxxxx.xxxxxxxx.fr (NTMail 5.05.0002/NU0486.00.9044561f)

with ESMTP id xxxxxxxx for pierre.mera@ac-versailles.fr ; Sat, 9 Dec 2000
02:18:04 +0100
Received : from xxxxx (xxxxxxxx.xxxx.xxxxxx.net [xxx.xxx.xx.xxx]) by xxxxxxxx.xxxx.fr
(Postfix)
with SMTP id xxxxxxxxxx ; Sat, 9 Dec 2000 02:17:52 +0100 (MET)
(xxxxxxxxxxxxxx@alfa.fr)
Message-ID :

 

Cet en-tête
très technique permet de savoir d’où vient le message. Même
si, ici, pour des raisons de confidentialité, les chiffres ont
été remplacés par des « x », il était
facile d’identifier l’émetteur. Cela permet de supposer que celui-ci
agissait « de bonne foi ». Les spécialistes, à la
lecture de cet en-tête, peuvent déterminer si l’émetteur
cherche à se cacher, ce qui n’augure bien sûr rien de bon
quant au contenu du message lui-même.

On lit aussi l’adresse
du destinataire.

From : « Edmond About » (Edmond.About@aa.com)  Identification en clair de l’émetteur (Edmond About)
To : « Henri Barbusse » (Henri.Barbusse@ab.com) , « Jean Cocteau »(Jean.Cocteau@ac.fr) ,
« Alexandre Dumas » (Alexandre.Dumas@ad.fr) , « Paul Eluard » (Paul.Eluard@ae.fr)
(Gustave.Flaubert@af.com) , « Sacha.Guitry » (Sacha.Guitry@ag.com) , « Victor Hugo » (Victor.Hugo@ah.com) ,

« Roger Ikor » (Roger.Ikor@ai.com) , « Francis Jammes » (Francis.Jammes@aj.fr)
(Joseph.Kessel@ak.fr) ,
« Jules Laforgue » (Jules.Laforgue@al.fr) , « Prosper Mérimée » (Prosper.Merimee@am.fr)
,
« Anna de Noailles » (Anna.de.Noailles@an.fr) (Georges.Ohnet@ao.fr) , « Marcel
Proust » (Marcel.Proust@ap.com) ,
« Edgar Quinet » (Edgar.Quinet@aq.com) , « Romain Rolland » (Romain.Rolland@ar.fr)
,
« George Sand » (George.Sand@as.fr) , « Elsa Triolet » (Elsa.Triolet@at.com)
, « Paul Valéry » (Paul.Valery@av.fr) ,
« Louise Weiss » (Louise.Weiss@aw.com) (Michel.Zevaco@az.fr) , « Louis Aragon »
(Louis.aragon@ba.fr) ,

« Charles Baudelaire » (Charles.Baudelaire@bb.fr) , « Georges Courteline » (Georges.Courteline@bc.fr)
,
« Alphonse Daudet » (Alphonse.Daudet@bd.fr) , « Mircea Eliade » (Mircea.Eliade@be.com)
,
« Anatole France » (Anatole.France@af.fr) , « Jean Giono » (Jean.Giono@bg.com)
,
« Ludovic.Halévy » (Ludovic.Halevy@bh.fr) (Paul.Ivoi@bi.fr) « Alfred Jarry »(Alfred.Jarry@bj.fr)
,
« Alexandre Koyré » (Alexandre.Koyre@bk.fr) , « Paul Léautaud » (Paul.Leautaud@bl.com)
,
« Henri Michaux » (Henri.Michaux@bm.com) (Gerard.de.Nerval@bn.fr) , « Marcel
Pagnol » (Marcel.Pagnol@bp.fr) ,

« Jules Romains » (Jules.Romains@br.com) , « Eugène Sue » (Eugene.Sue@bs.com)
,
« Tristan Tzara » (Tristan.Tzara@bt.fr) , « Paul Verlaine » (Paul.Verlaine@bv.fr)
,
« Henri Wallon » (Henri.Wallon@bw.com) , « Emile Zola » (Emile.Zola@bz.fr) ,

« Alphonse Allais » (Alphonse.Allais@ca.com) (pierre.mera@ac-versailles.fr)

(Pierre Benoit@cb.fr) « Paul Claudel » (Paul.Claudel@cc.fr) , « Joseph Delteil »
(Joseph.Delteil@cd.fr)

  L’ensemble des destinataires du message : 48 personnes au total ! Tout un carnet d’adresse.
Subject : Tr : Mal bouffe !!!
Date : Sat, 9 Dec 2000 02:30:00 +0100
Organization : xxxx xxxxx

MIME-Version : 1.0
Content-Type : text/plain ; charset="iso-8859-1"
Content-Transfer-Encoding : 8bit
X-Priority : 3
X-MSMail-Priority : Normal
X-Mailer : Microsoft Outlook Express 5.00.2314.1300

X-MimeOLE : Produced By Microsoft MimeOLE V5.00.2314.1300

 

Sujet et caractéristiques
techniques du message.

On notera le Tr : devant
le sujet. Cela signifie que le message est « transféré »,
c’est-à-dire que l’émetteur (Edmond About) réémet
un message qu’il lui-même reçu.

----- Message d’origine -----
De : GAUTIER Théophile À (Maurice.Genevoix@cg.fr)(Max.Jacob@cj.fr) (Eugene.Labiche@cl.fr) (Edmond.About@aa.com) :
’Maurice Genevoix’ ; ’Max Jacob’ ; ’Eugène Labiche’ ; ’Edmond About’
Envoyé : vendredi 8 décembre 2000 09:16
Objet : TR : Mal bouffe !!!

> >

 

Nous avons ici le
texte que Edmond About a réémis. Et nous savons du même
coup qui le lui a expédié : Théophile Gautier ! Ce
dernier a adressé le message à quatre personnes.

Nous pouvons même
déduire de la forme du texte que Théophile Gautier n’est
pas l’auteur du message car chaque ligne est précédée
du signe >> (quote).

Lorsqu’on répond
à un message (ou qu’on le transfère), le texte original
est généralement précédé du signe >
(quote). Si ce signe est doublé, cela signifie donc qu’on réémet
un message déjà réémis.

De ces observations, il est possible de déduire le parcours du message et même d’envisager son avenir.

  • Ici, Théophile Gautier a reçu le message sur les additifs en provenance d’une source inconnue.
  • Il a réémis le message à 4 personnes. Parmi celles-ci, Edmond About qui, lui, l’a réexpédié à 48 personnes ! Nous ne savons évidemment rien du sort réservé au message par les 3 autres correspondants de Théophile Gautier. Mais on peut faire l’hypothèse qu’au moins un des trois a procédé d’une façon analogue...
  • De même, parmis les 48 destinataires du message d’Edmond About, combien l’auront, à leur tour, réexpédié à l’ensemble de leur carnet d’adresse, croyant bien faire... ?
  • Avec quelques calculs, on obtient très vite des chiffres de diffusion vertigineux !
    En effet, en imaginant que l’auteur du message le diffuse à 10 personnes, puis que la moitié des destinataires le réémettent à leur tour vers 10 personnes etc..., en dix étapes, ce sont près de 4 millions de personnes qui auront reçu le message, et près de 500 millions à la treizième étape !
  • De plus, par la « magie » d’Internet, cette diffusion peut s’effectuer en quelques heures seulement !

On prend ainsi la mesure de l’ampleur que peut rapidement prendre une rumeur sur Internet.

Dans le cas de « notre » rumeur sur les additifs alimentaires, tout a démarré avec des copies au carbone, il y a quinze ans ! Et la rumeur circule encore, amplifiée avec Internet, non sans conséquences !

Est-il besoin de rappeler que la loi de 1881 sur la presse punit, sévèrement, la diffusion de fausses nouvelles (3 ans d’emprisonnement et 300 000 F d’amendes) ?

Il est à noter qu’il existe ainsi des rumeurs spécifiques à Internet. Ce sont généralement des alertes concernant des virus informatiques imaginaires. Ces rumeurs qui encombrent les circuits sont appelées hoax. Tout le monde rediffuse ces messages vers ses correspondants habituels, croyant bien faire. Le but de ces messages : encombrer le réseau Internet. Ce sont donc des messages maintentionnés.

Certains sites mettent en garde contre ces rumeurs et suggèrent de recouper l’information avant de la retransmettre d’un clic de souris à tout son carnet d’adresse !

Sur ce sujet particulier, vous pouvez lire aussi avec profit :

Il est intéressant de constater que ces hoax présentent à peu de choses près les mêmes caractéristiques observées sur la rumeur des additifs : dramatisation, référence à une structure à forte crédibilité, vocabulaire technique apportant une touche d’authenticité...

Et là encore, malgré des démentis incessants, ces messages continuent d’être transmis quasiment inchangés, depuis plusieurs années...

On a souvent comparé la rumeur à l’hydre de Lerne. On a beau démentir, elle revient sans cesse. Concernant les additifs, plusieurs démentis ont été apportés depuis 15 ans, y compris avec des publications dans certains journaux.

Mais la rumeur court toujours...

Partager

Enregistrer au format PDF
Imprimer cette page (impression du contenu de la page)