Le retour des contenus dépouillés...

, par Michel Guillou

En 1979 naissait Usenet, un réseau qui, à ses débuts, s’affranchissait même du support de l’Internet. Depuis, il l’a naturellement rejoint et a connu son heure de gloire entre 1995 et le début de ce millénaire.

Ses caractéristiques : une distribution décentralisée et un dépouillement des contenus (du texte brut exclusivement et un transport des articles sur des milliers de serveurs un peu partout), soit exactement le contraire des évolutions de l’Internet d’aujourd’hui (des contenus multimédias riches et un web unique et centralisé).

Le succès de Twitter, étonnant média citoyen devenu incontournable des spécialistes et professionnels de l’info, est une sorte de retour aux sources en ce sens qu’il ne permet qu’une information texte limitée à 140 caractères. Bien entendu, des liens raccourcis permettent d’accéder aux contenus riches du web mais l’information en elle-même est bel et bien nue et dépouillée, voire austère, les 140 caractères interdisant tout développement ou toute argumentation étayée.

Il ne reste plus qu’à décentraliser Twitter et à inonder les éventuels serveurs secondaires des billets courts qui y sont publiés et la boucle sera bouclée...

Partager

Enregistrer au format PDF
Imprimer cette page (impression du contenu de la page)