Société numérique

Rapport Fourgous, un florilège...

, par Michel Guillou

Florilège de petites phrases du rapport Fourgous. À utiliser avec modération.

Les « digital natives » ont grandi avec le numérique ; cela a modifié leur façon de penser et de raisonner. Cependant, les études montrent qu’ils n’ont qu’une maîtrise superficielle de ces outils et n’ont quasiment aucune connaissance des devoirs éthiques qu’impose Internet. Les former à l’utilisation de ces outils apparaît ainsi comme une priorité.

La capacité à se former tout au long de la vie devenant une nécessité, l’autonomie et la confiance en soi se révèlent être également des aptitudes essentielles à développer.

Enfin, si chacun s’accorde à penser que les enseignants du XXIe siècle devraient pouvoir trouver sur la toile toute la documentation qu’ils seraient en droit d’utiliser dans le cadre de leur enseignement, les droits d’auteur les en empêchent. La mise en place d’une exception pédagogique, déjà présente dans différents pays, s’impose donc.

Aujourd’hui, grâce à Internet, la production se fait participative, collaborative, collective. Les rencontres virtuelles aboutissent à des productions mondiales (wikipedia).

Nous accédons à toutes les informations que nous voulons, quand nous le voulons et où nous le souhaitons.

La civilisation du numérique permet de passer d’une société et d’une intelligence « individuelles » à une société et une intelligence « collaboratives ».

Internet favorise l’essor d’un journalisme participatif et collaboratif où chaque citoyen, chaque organisme, chaque entreprise peut donner ses commentaires, ses réflexions sur l’actualité et expliquer ce qu’il vit, ce qu’il fait.

Le journaliste devient un expert [...] qui fait économiser du temps à l’internaute et l’aide à se construire une opinion.

L’ère de l’information laissera la place à l’ère de l’interactivité puis à celle de l’inter-créativité.

Elles [les TIC] permettent une capacité de stockage illimitée, une information accessible à tous, dans tous les domaines et de manière permanente. Elles multiplient les moyens de communication et d’échange.

Les usages d’Internet sont multiples et se substituent peu à peu aux habitudes et loisirs des citoyens. Internet se place ainsi devant la presse pour l’accès à l’information.

Il [l’Internet] facilite l’expression et la créativité : il permet aux adolescents d’écrire plus d’un million de textes par jour ! Il met l’information à disposition de tous et facilite ainsi la culture.

Les « digitals natives » effectuent leurs recherches plus rapidement que les autres, mais consacrent peu de temps à évaluer la pertinence et la qualité de l’information.

La nécessité de former le futur citoyen à la maîtrise technique des outils et à la civilité sur Internet apparaissent ainsi en conclusion de très nombreuses études.

Aujourd’hui, les jeunes font leurs devoirs devant la télévision, en chattant sur MSN entre deux envois de SMS, l’Ipod collé aux oreilles... Plongés sans retenue dans les jeux vidéo, la jeune génération alterne entre les mondes réels et virtuels avec dextérité et une attirance envers les mondes fantastiques, inconcevable aux yeux de leurs aînés.

A part les élèves des milieux favorisés qui ont un accompagnement parental, la plus grande majorité ne possède pas les compétences leur permettant d’utiliser les Tic de manière pertinente et efficiente : ils ne dominent ni les aspects techniques, ni les aspects éthiques des outils numériques.

Nomades et interactifs, les supports numériques répondent à toutes les attentes des jeunes : s’informer, se cultiver, communiquer, s’exprimer, argumenter, créer, rêver, coopérer, collaborer…

Internet met à la disposition de chacun toutes les informations possibles et lors de ses recherches, l’élève se trouve directement confronté au problème essentiel de leur validité. Il doit apprendre à devenir vigilant sous peine de recueillir et d’utiliser des données erronées, incomplètes ou obsolètes...

Par le flux d’informations qu’il met à disposition de tout un chacun, Internet développe les capacités de recherche d’information, de réflexion, l’esprit d’analyse, de résolution de problèmes et permet d’acquérir un jugement critique élaboré.

Les outils asynchrones (forum, wiki, courriels) permettent à chaque élève de réfléchir à son propre rythme, de s’exprimer et de prendre le temps de le faire : non seulement les argumentaires se révèlent plus riches et plus réfléchis, mais les élèves sont plus indépendants et gagnent en autonomie.

Seuls ceux qui sauront se former, s’informer, comprendre leur environnement au travers des médias d’aujourd’hui et de demain, sauront s’adapter à un monde en mutation constante.

Maîtriser les risque de l’Internet, c’est pourvoir comprendre et se construire.

Former les élèves à la citoyenneté sur Internet, c’est avant tout former les enseignants…

Devant l’urgence, l’éducation aux médias numériques doit devenir un des objectifs fondamentaux de l’école. Avant que chaque enseignant puisse l’intégrer à ses cours, il faut peut être réfléchir à un enseignement spécifique, pour une durée bien définie dès le départ, car cet enseignement est l’affaire de tous les acteurs de la communauté éducative.

Donner aux élèves une « culture numérique », c’est les préparer à la société dans laquelle ils évolueront et s’épanouiront, les former aux métiers de demain, éviter de créer des « analphabètes numériques ». La « culture numérique » regroupe les compétences et aptitudes devenues essentielles pour réussir dans notre société du numérique : capacité à communiquer et à travailler dans un contexte international, capacité à gérer un projet, à se former tout au long de la vie et à se comporter en « citoyen numérique ». En cela, l’apprentissage de la culture numérique, nécessite la maîtrise des techniques indispensables au bon usage des supports numériques.

Le numérique développe la « compétence communicationnelle », c’est-à-dire les savoirs, savoir- faire et savoir-être sollicités dans des situations de communication.

L’éducation aux médias numériques apparaît aujourd’hui comme une priorité : seuls ceux qui sauront comprendre leur environnement au travers des médias d’aujourd’hui et de demain, sauront s’adapter à un monde en mutation constante. Cette éducation aux médias doit être prise plus au sérieux par l’école et nécessite en amont une formation adéquate des enseignants.

Former les jeunes à la culture numérique doit être, aujourd’hui, un des priorités fondamentales.

Partager

Enregistrer au format PDF
Imprimer cette page (impression du contenu de la page)