Vilaine info tue l’info...

, par Michel Guillou

Trop d’info tue l’info ! Voilà une phrase tarte à la crème bien convenue qu’on entend partout sans savoir exactement qui l’a prononcée ni d’où elle vient. En général, ceux qui vous assènent ça avec certitude et l’air condescendant sont ceux dont tout le monde finit par s’apercevoir qu’ils n’ont définitivement rien compris.

La profusion de l’information et notre faible disponibilité pour la prendre en charge nous contraignent bien à des tours de force techniques, comme le choix de nouvelles médiations ou l’agrégation de flux, mais force est de constater que ce n’est pas le trop d’info qui tue l’info mais que c’est souvent son absence ou sa piètre qualité.

De ce point de vue, il est une mode persistante chez les communicants qui débarquent sur le web qui consiste à vouloir vous proposer, comme le nec plus ultra de l’info, de vous abonner à une « newsletter » (comprenez « lettre d’information » car le néo-communicant branché est viscéralement anglolâtre).

Ces lettres qu’on vous pousse à intervalles réguliers dans votre boîte à lettres, et desquelles il est habituellement impossible de se désabonner, sont en général gonflées de mauvaises images non calibrées et d’articulets mal mis en pages et illisibles. Elles ont pu présenter quelque intérêt à la fin du dernier millénaire mais RSS — voir un édito récent — les a renvoyées aux placards de l’histoire, il y a quelques années déjà.

Il n’y aura jamais trop d’information. Il n’y aura que trop de mauvais communicants. Et, rassurez-vous, jamais ce site ne vous proposera de lettre d’information.

M. G.

Partager

Enregistrer au format PDF
Imprimer cette page (impression du contenu de la page)