Accueil > Actus et concours > Rencontrer un(e) journaliste exilé(e) au lycée

, par Maryse Broustail

RENVOYÉ SPÉCIAL

Rencontrer un(e) journaliste exilé(e) au lycée

Et sensibiliser les élèves aux principes fondamentaux de la démocratie

Renvoyé Spécial

Le dispositif « Renvoyé Spécial » proposé par le Clemi et la Maison des Journalistes permet à des lycéens de rencontrer un(e) journaliste exilé(e) et d’échanger sur les raisons de son exil, son parcours, ses conditions de travail, la continuité de ses missions professionnelles en France... Un exemple de rencontre au lycée Saint-Exupéry de Mantes-la-Jolie.

C’est pour les confronter à la question de la liberté d’expression et du pluralisme des médias que deux professeures d’histoire-géographie / EMC du lycée Saint-Exupéry de Mantes-la-Jolie ont répondu à l’appel à candidature pour le dispositif Renvoyé spécial.
Ce projet d’éducation eux médias et à l’information, proposé par le Clemi et La Maison des Journalistes, est l’occasion rare pour les élèves d’échanger directement avec un ou une journaliste, menacé(e) dans son pays d’origine pour avoir exercé son métier et réfugié(e) et France. Il permet, par exemple, pour des élèves de seconde de travailler plusieurs axes du programme d’EMC, ou d’illustrer concrètement des notions de la spécialité Histoire Géographie Géopolitique Sciences politiques (HGGSP) pour des élèves de 1ere et Terminale.

Préparer la rencontre

C’est à Rukaia Alabaddi, journaliste de 30 ans, originaire de la ville syrienne orientale de Deir ez-Zor, que la Maison des Journalistes et le Clemi ont proposé d’intervenir au lycée.
Mais avant le jour J, il était indispensable de préparer finement la rencontre pour que le face-à-face soit riche en échanges.
Avec leurs élèves, le travail des enseignantes en histoire-géographie s’est axé sur une recherche documentaire pour répondre à des questions en lien avec le pays d’origine et la situation actuelle de Rukaia Alabaddi :

  • Quelle est la situation particulière de la Syrie ?
  • Quelle est la définition de l’État islamique ?
  • Quelles sont les conséquences de la guerre pour les journalistes et la liberté d’expression dans cette région ? (On peut consulter de nombreuses données sur les sites de RSF et La Maison des journalistes

Accueillir le ou la journaliste dans l’établissement

D’un point de vue organisationnel, et en amont du jour J, les enseignantes ont pu se baser sur les précieux conseils du Clemi pour préparer au mieux la venue du journaliste. En particulier, les aspects administratifs et d’ordre technique doivent être soigneusement anticipés, en particulier :

  • prévenir et obtenir l’autorisation formelle du chef d’établissement ;
  • préparer une salle ;
  • organiser le transport du journaliste qui n’a pas, la plupart du temps, de véhicule.

Un échange rare et précieux

À Mantes-la-Jolie, la rencontre aurait dû se tenir en mars mais, confinement oblige, elle a été organisée au mois de juin avec les élèves volontaires (15 élèves de 2nde et quelques élèves de terminale se destinant à des études de journalisme et de sciences politiques) et filmée pour permettre aux élèves qui n’ont pas pu venir de la visionner a posteriori.

Cette rencontre a été l’occasion, pour eux, de comprendre concrètement la situation des journalistes dans des pays où la liberté de la presse n’est pas respectée.

En évoquant la difficulté à exercer librement et sereinement son métier en Syrie, Rukaia Alabaddi a permis aux élèves présents de mesurer le courage de la journaliste qui s’est parfois mise très en danger pour informer de ce qui se passe dans son pays natal. Et d’apprécier également l’importance de la lutte pour la liberté d’expression, même dans les démocraties.

Poursuivre le travail en classe

Tant la journaliste que les élèves ont apprécié les échanges et la possibilité de débattre sur des thématiques qui permettent à chacun(e) de construire sa réflexion citoyenne sur les enjeux liés à la liberté d’expression.
Cette rencontre peut être également le point de départ d’un travail avec les élèves sur cette thématique. Les enseignants peuvent profiter du questionnaire, préparé par la Maison des Journalistes et distribué aux élèves en fin de séance, pour poursuivre la réflexion sur ces questions :

  • Est-ce que ce témoignage a été utile ?
  • Qu’est-ce qui vous a frappé dans ce témoignage ?
  • Quel est votre avis sur la situation des journalistes en exil ?
  • D’après vous, quel est le rôle du journaliste dans la société d’aujourd’hui ?
  • Pourquoi la liberté de la presse est-elle importante dans une démocratie ?
  • Qu’est-ce que vous aimeriez dire aux journalistes exilés ?

Questionnaire "bilan" complété par un élève

Un moyen de formaliser cet échange et d’engager un travail complémentaire sur les axes du programme relatifs à la liberté (d’expression, de l’information), au droit, à l’histoire de la presse ou encore aux enjeux de l’information.