Mister « Dark » et Docteur « Net » … Autrement dit qu’est-ce que le Darknet ?

, par Sylvain Joseph

Le « darknet » ou plutôt les « darknet » (Internet Clandestin) sont un ensemble de réseaux anonymes et chiffrés utilisant des protocoles de communication spécifiques.
Ces réseaux sont souvent confondus avec le « Deep Web » (toile profonde) qui est la partie du web non accessible via les moteurs de recherche.
Ces réseaux ont mauvaise presse car ils sont considérés, à tort ou à raison, comme des lieux de non-droit, un « Far-West numérique » où sont pratiquées des activités souvent illicites.
Dans cet article, je vais essayer de décrypter ces différentes notions et donner des clés de lecture pour que chacun se fasse son avis.

Au début… Internet

Internet est un réseau informatique mondial, reliant entre eux tous les ordinateurs du monde et permettant à tous de naviguer sur des sites web, d’envoyer et recevoir des courriers électroniques, de partager des fichiers entre autres usages. Pour ce faire, différents protocoles (standards) de communication sont utilisés :

  • POP, IMAP, SMTP pour courrier électronique
  • HTML pour la navigation sur Internet
  • FTP pour le partage de fichiers

Maintenant… Le web !

Le web est apparu au début des années 90 et avec lui sont nés les moteurs de recherche. Pour indexer les pages du web, les moteurs de recherche utilisent des « Crawler », programmes qui parcourt la toile pour en extraire des éléments de repérage et de contenus. Certaines ressources ne peuvent pas être indexées pour différentes raisons :

  • Les pages sont protégées par son auteur et/ou non liées à d’autres sites.
  • Les pages sont dynamiques, c’est-à-dire que les liens hypertextes sont générés à la demande et diffèrent d’une visite à l’autre.
  • Les sites nécessitent une authentification.
  • Le poids des ressources est trop volumineux, leur format n’est pas reconnu et/ou présence d’une base de données top importante.

Ces ressources non indexées par les moteurs de recherche composent le « Deep Web », les ressources indexées, quant à elles, composent le web de surface.

Le web et la vie privée

Les logiciels permettant de naviguer sur le web, malgré l’activation du paramètre « navigation privée » ne permettent pas d’assurer une pleine confidentialité des données et des recherches.

En effet, les « cookie » (témoins de connexion), fichiers installés par les sites visités dans le navigateur, parfois l’insu de l’utilisateur, tracent la navigation avant et après avoir visité la page et caractérisent l’internaute (géolocalisation, informations système…). Ce profilage est ensuite utilisé pour identifier l’utilisateur lors d’une prochaine visite et/ou par des régies publicitaires pour réaliser de la publicité ciblée.

De plus, en France, à des fins de sécurité, les Fournisseurs d’Accès Internet (FAI) ont obligation de conserver les données de connexion (sites visités, date, heure, adresse IP…) pendant un an.

PNG - 125.9 ko
Connexion à l’internet via un navigateur conventionnel
Infographie réalisée grâce au travail de« Psycho Actif »
Infographie réalisée grâce au travail de « Psycho Actif ».
Crédit image : Freepik

Les darknet dans tout ça ?

Nous l’avons vu en introduction, les « darknets » sont un ensemble de réseaux anonymes et chiffrés utilisant des protocoles de communication spécifiques. Ainsi, ils permettent aux internautes de s’assurer une navigation sur Internet sans laisser de trace.

Pour y accéder, il est nécessaire d ‘utiliser un logiciel spécifique (le plus connu étant The Onion Router ou TOR). Une fois installé, ce type de navigateur permet deux types de navigation :

  • Sur le web de surface de manière anonyme.
  • Sur des réseaux utilisant des protocoles spécifiques (sites en .onion par exemple)
PNG - 281.8 ko
Connexion à l’internet classique (clear web) via le navigateur Tor
Infographie réalisée grâce au travail de« Psycho Actif »
Infographie réalisée grâce au travail de « Psycho Actif ».
Crédit image : Freepik

Les « darknet », repaire mondial d’activités illégales ?

Les caractéristiques techniques des « darknet » (anonymat et chiffrement) font d’eux le lieu idéal des activités illégales. Ils permettent aussi, pour les opposants politiques de s’exprimer publiquement et contourner la censure et pour les journalistes d’enquêter et communiquer avec leurs sources en toute discrétion. Ils permettent enfin, à tout internaute, de faire le choix de ne pas laisser de trace sur Internet.

En conclusion

les « darknet » ne sont pas bon ou mauvais par nature, ce sont seulement des dispositifs techniques. C’est l’usage qu’en font les internautes qui leur confère leur aspect légitime ou illicite.

PNG - 361.6 ko
Anatomie d’Internet
Infographie réalisée grâce au travail d’« Absol Vidéos »
Infographie réalisée grâce au travail d’ « Absol Vidéos ».

Sources

P.-S.

Crédit logo : Construit à partir des images oksmith et elconomeno via Openclipart. Sylvain Joseph - CC BY-NC-SA

Partager

Enregistrer au format PDF
Imprimer cette page (impression du contenu de la page)