Lycée Ronceray - Bezons

Renvoyé Spécial

, par Ghislaine Mézin

Sensibiliser les jeunes aux enjeux de la liberté d’expression et de la Presse

L’opération Renvoyé Spécial est organisée par la Maison des journalistes en partenariat avec le CLEMI et Presstalis. Son objectif est de sensibiliser les jeunes à la liberté d’expression et de la presse et aux valeurs citoyennes. Des journalistes de la Maison Des Journalistes (MDJ) viennent à la rencontre de jeunes lycéens pour expliquer leur parcours et répondre aux questions.

Le vendredi 9 mars 2018, c’est le journaliste kurde irakien, Halgurd SAMAD, qui est venu rencontrer une classe de seconde générale et une classe de terminale professionnelle au lycée Ronceray de Bezons dans le cadre de l’opération Renvoyé spécial Ile de France.

Un intervenant au parcours difficile

JPEG - 22.3 ko
photo du communiqué de presse - Opération « Renvoyé Spécial » 2018

Halgurt SAMAD est un journaliste kurde irakien en exil en France depuis 2010. C’est un fervent défenseur des droits de l’Homme et de la liberté d’expression. Il est aujourd’hui engagé comme bénévole pour venir en aide aux réfugiés.
Il a tout d’abord tenu à expliquer aux élèves l’histoire des kurdes, et leur répartition sur les hauts plateaux d’Asie centrale de la Turquie à l’ouest jusqu’en Iran en passant par l’Irak et la Syrie.
Il a témoigné de son parcours : les années de guerre, l’obligation de rester cloîtré pour des raisons de sécurité pendant plusieurs semaines, les menaces et la peur quotidienne jusqu’à l’exil. Quitter famille, amis et pays pour sauver sa vie. Vient ensuite une lente reconstruction en France avec les formalités administratives, l’installation dans un pays où l’on a aucune attache et dont on ne parle pas la langue.
Si aujourd’hui, Halgurt SAMAD se sent chez lui en France, il reste contraint par son statut de réfugié politique de rencontrer sa famille et ses amis hors d’Irak.

JPEG - 67 ko
CC-BY-SA-NC - Dane de Versailles 2018 - Ghislaine Mézin

La liberté de la presse dans le monde

Grâce au témoignage de Halgurt SAMAD, les lycéens ont pris conscience, de la situation en Irak et particulièrement celle de la liberté de la presse dans ce pays.
Si l’intervention américaine de 2003 a permis la création de quelques médias dits « libres », de nombreuses difficultés subsistent car les lois ne sont pas appliquées. De nombreuses menaces pèsent sur les journalistes qui critiquent les choix politiques et économiques du gouvernement en place. Elles parviennent par tous les réseaux de communication actuels : téléphonie, messagerie électronique, réseaux sociaux...
Le nombre d’assassinats de journalistes depuis 2003 est éloquent : 200 journalistes tués mais aucune condamnation à ce jour en Irak.

PDF - 646.2 ko
Classement mondial de la liberté de la presse en 2017
RSF : https://rsf.org/fr/classement

Un temps d’échanges motivant pour les élèves

Si les échanges ont tout d’abord été nourris par le travail préparatoire réalisé en classe avec leurs professeurs, les élèves ont très vite pris l’initiative de s’en écarter pour poser les questions qui leur venaient à l’esprit ou qui leur tenaient à cœur.

Le témoignage de Halgurt SAMAD a eu l’effet d’un électrochoc. Les élèves sont passés de l’étonnement à l’indignation en constatant qu’ils n’étaient finalement que très peu informés sur la situation en Irak.
Ils ont spontanément pris conscience de la nécessité de diversifier leurs sources d’informations. Ils ont d’ailleurs interrogé le journaliste sur la presse écrite, française et étrangère, qu’il appréciait consulter afin de s’en inspirer.

JPEG - 152.3 ko
CC-BY-SA-NC - Dane de Versailles 2018 - Ghislaine Mézin

Renvoyé Spécial, une opération motivante et enrichissante pour les élèves qui avaient tous répondu présent.

Partager

Enregistrer au format PDF
Imprimer cette page (impression du contenu de la page)